Mercredi 26 novembre 2014 3 26 /11 /Nov /2014 00:02

Ah, le temps de l’école, de l’étude, où un professeur placé sur notre chemin par le destin nous initia à la beauté du monde. Comme il aura compté pour nous, sans le savoir, ce vieil érudit !

 


Ce sont deux femmes, pour ma part, auxquelles je dois témoigner aujourd’hui ma reconnaissance : Mademoiselle L. et Madame F., qui enchantèrent par leur présence mon ingrate scolarité. Je dévorais des yeux pendant leurs cours les fesses de la première, les seins de la seconde. Oh, cette soif d’apprendre, que nous perdons ensuite !

 


 

(Elles me pardonneront. C’était un internat de garçons. La libido de chacun sans échappatoire se mangeait la queue.)

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Mardi 25 novembre 2014 2 25 /11 /Nov /2014 00:06

Cette peau de poussière duveteuse sur les choses dures et implacables nous ferait presque croire qu’elles sont suaves et sucrées comme la chair de la pêche : tels sont les corps en poudre, la pensée de nos morts, le souvenir ému du monde qui flotte et se dépose sur ses surfaces inhospitalières pour nous réconcilier avec lui.

 


Au moins sait-on avec certitude que le citron précède sa pondeuse.

 


 

Étendu, il ne se rend évidemment compte de rien. Le mort s’avisera de son état au saut du lit.

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Lundi 24 novembre 2014 1 24 /11 /Nov /2014 00:15

Il y a un mensonge de la forêt qui est aussi celui de nombreux livres. Le décor est planté, qui suffit à suggérer l’ours, le loup, la biche, le lutin, le cèpe et la girolle. Et le frisson court tout au long de la promenade ou de la lecture, ne faisant bruire et bouger doucement que des feuilles mortes.

 


Dans le poulailler des autres entre un rusé renard, tandis que celui qui se glisse dans le tien est un sournois.

 


J’ai beau être fataliste, les choses n’arrivent quand même pas.

 


 

[PETITE ANNONCE - Écrivain d’une certaine expérience mais dramaturge débutant cherche metteur en scène associé à un théâtre pour créer sa première pièce. Références souhaitées. Écrire à l’auteur qui étudiera toutes propositions.]

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Dimanche 23 novembre 2014 7 23 /11 /Nov /2014 00:11

Tu ne peux plus compter sur le silence de la personne seule à la table ou sur le banc voisins. Tu peux même parier que cette solitude lui sera vite insupportable et ne saura accueillir que l’ennui – conséquemment que son téléphone va bientôt se mettre à pépier.

 


Henriette Girond, lavandière, pour avoir si humblement blanchi le linge des pécheresses de la haute, reçut les stigmates du Christ et perdit consécutivement toute sa clientèle dans les huit jours.

 


J’ai tant lu place des Vosges, il y a vingt-cinq ans, que lorsque j’y retourne aujourd’hui, je ne fais que relire.

 

 

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Samedi 22 novembre 2014 6 22 /11 /Nov /2014 00:08

SUZIE – J’ai mal à la tête.

MOI – Tu t’es cognée ?

SUZIE – Mais non, ça doit être un nerf d’estomac.

 


tu pleures

brave marin

ou ce sont les embruns 

 


 

(maudit soit le 22 novembre)

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés