Dimanche 18 janvier 2015 7 18 /01 /Jan /2015 00:05

Si l’on en croit ce qui est écrit sur le flacon, cet après-shampoing « à la kératine liquide » est recommandé pour les « cheveux secs, fourchus, sur-sollicités ». Solliciter des cheveux me paraît déjà une démarche bien hasardeuse et encore faudrait-il savoir pourquoi on les dérange. Mais comment est-il possible de les sur-solliciter ? Serait-ce juste en les portant en permanence sur la tête comme nombre d’entre nous le faisons très inconsidérément ?

 


Les amis de mes amis sont des importuns qui s’incrustent.

 


 

Soudain, nous nous sentons totalement dépassés par la situation et minables dans notre très étroit petit costume : métamorphose instantanée du quidam en super-antihéros.

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Samedi 17 janvier 2015 6 17 /01 /Jan /2015 00:05

serpent mort

fouette encore

 

tortue défunte

encore des feintes

 

il n’est de plume

que posthume

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Vendredi 16 janvier 2015 5 16 /01 /Jan /2015 00:04

Le combat fut long pour laïciser ce pays de culs-bénis, pour déniaiser sa sexualité, pour libérer sa parole, pour ébranler le patriarcat et l’inique domination masculine. Est-il permis sans être suspecté d’islamophobie raciste de se dire un peu las et amer à l’idée qu’aujourd’hui tout est à refaire ?

 


La muselière ne sera jamais qu’un accessoire coquin pour pimenter nos relations avec les muses.

 


 

Je n’ose plus sortir de chez moi, grogne la vieille. Les gamins du quartier que cette sorcière terrifiait vont quant à eux se sentir beaucoup plus tranquilles.

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Jeudi 15 janvier 2015 4 15 /01 /Jan /2015 00:05

J’aurais certainement inventé la roue. Mais je n’aurais pas su quoi en faire.

 


J’aurais sans doute inventé la table. Mais, comme on y est mal assis, je lui aurais ajouté un dossier.

 


J’aurais aussi inventé la fourchette. Mais afin de n’avoir jamais à soulever qu’une très légère charge de foin.

 


 

 

[Parution aujourd’hui du septième volume de ce journal, 2013-2014, L’Autofictif au petit pois, aux éditions l’Arbre vengeur qui ont eu l’idée d’imprimer sur des liasses de papier cousues les écrits des auteurs qu’elles aiment ! Faut-il être naïf pour croire à l’avenir d’une telle invention ! Mais on ne me verra jamais combattre d’aussi douces chimères.] 

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Mercredi 14 janvier 2015 3 14 /01 /Jan /2015 00:12

Dans ce magazine, une publicité pour la parution en 10/18 du roman de Philippe Besson, La Maison atlantique. Le livre est posé sur une table avec un petit mot manuscrit, visiblement écrit par une femme à l’intention de son compagnon : « Mon chéri, Lis ce livre, tu verras que changer des couches n’est pas le plus difficile quand on est père ! Lisa ». Car les publicitaires sont comme les avocats, ils préfèrent parfois plaider coupable en espérant attendrir le jury. Et il est vrai qu’en lisant ça, on peut se sentir gagné par une certaine tristesse.

 


Godot satan.

 


 

Quand existera, à la manière des correcteurs orthographiques, un logiciel qui soulignera dans nos productions écrites les idées et les formulations conçues déjà par d’autres auteurs, nous découvrirons avec dépit que nos propositions les plus incongrues sont encore des lieux communs.

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés