Dimanche 9 novembre 2014 7 09 /11 /Nov /2014 00:11

Les timides sont injustement tenus pour des lâches alors que, bien au contraire, du fait de leur timidité, ils doivent en permanence faire preuve de courage, de vaillance et même de bravoure. Les autres ne montrent éventuellement ces qualités qu’en de rares occasions, quand un ours les attaque, quand l’ennemi est en surnombre. Pour le timide, cela est toujours vrai, des ours en surnombre l’attaquent.

 


En frottant deux mots comme deux silex, on peut pareillement produire des étincelles et cuire son repas du même coup. On ne me croit pas ? Eh bien, la preuve : poulet rôti.

 


Colombe secoue son fils Paul, 7 ans, il est l’heure de se réveiller.

– Attends, maman, c’est presque fini…

Et il retourne dans le sommeil achever son rêve merveilleux.

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Samedi 8 novembre 2014 6 08 /11 /Nov /2014 01:07

Les sept nains fabriquent pour Blanche-Neige un cercueil de verre « où on pouvait la voir de tous les côtés », est-il écrit dans le conte, mais les frères Grimm commettent ici la méprise classique : ils écrivent verre pour vair, qui est une fourrure d’écureuil. Il y a donc dans leur histoire une fâcheuse incohérence : comment pouvait-on voir de tous les côtés Blanche-Neige dans son cercueil de fourrure ? Comment le prince de passage put-il s’éprendre d’elle ? La vérité bien amère est qu’elle se décomposa horriblement dans l’obscurité de sa bière comme tout le monde.

 

SUZIE – Je vais te raconter une histoire du petit chaperon rouge qu’on connaît pas.

MOI – Enfin !

 

 

D’un autre côté, j’ai ce même miroir depuis plus de vingt ans. Cela ne saurait être tout à fait étranger à la dégradation de mon image. Je refuse de porter seul le chapeau.

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Vendredi 7 novembre 2014 5 07 /11 /Nov /2014 00:02

Il a fallu la jouer très fine. Car, avouons-le, c’était mal engagé. Le tocard était donné gagnant à cent contre un. J’ai dû intriguer et mettre tout mon poids dans la balance. Use de la menace, use de la prière, conseillait Jean Genet. C’est donc ce que j’ai fait, ici même, le 30 octobre.

 


Mais cette fois, j’ai joué le coup tout seul. Refusé le renfort de Leonard, Roger, Cécilia, Pierre et Jean-Pierre. Thanks guys, mais c’est mon affaire, ai-je murmuré entre mes dents sans laisser tomber mon couteau. Et j’ai usé de la menace (nous vous regardons !), j’ai usé de la prière, ou plutôt de la flatterie en faisant miroiter aux jurés mille félicités (les lauriers de la juste victoire !), tout en leur laissant croire évidemment, pour ne pas blesser leur amour-propre, qu’ils décidaient de tout et que je n’avais pas voix au chapitre (petite ruse cousue de fil blanc qui a pourtant fonctionné à merveille).

 


 

Et c’est ainsi, sur la scène parisienne, que je fais et défais à ma guise les prix littéraires.

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Jeudi 6 novembre 2014 4 06 /11 /Nov /2014 00:03

Heureux Goncourt qui obtient une consécration inespérée en décrochant le Salvayre. Le Médicis mérite aussi nos félicitations, qui rafle le Volodine à la barbe du Femina déconfit. Quant au Renaudot, il reste sans surprise bredouille et bredouillant.

 


Moi aussi, si je me coiffe d’un terrier, je peux faire apparaître un lapin dans mon chapeau.

 


 

Tout écrivain a de bonnes raisons de se croire immortel, non parce qu’il s’abuserait sur la portée de son œuvre, mais parce que les livres s’inscrivent dans le présent et n’en sortent plus, quelle que soit leur visibilité. Un livre ne fane pas, ne se flétrit pas, ne passe pas. Il est possiblement toujours ouvert quelque part, en train d’être lu, frais comme l’œil qui le découvre.

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Mercredi 5 novembre 2014 3 05 /11 /Nov /2014 00:02

De mes yeux vu, hier, un SDF étalant par terre pour s’asseoir au sec le magazine de l’agence immobilière d’en face, Offre-Habitat.

 


Certains tableaux de Van Gogh ont bien pâli. C’est aussi que le peintre inconséquent les a inondés de soleil.

 


 

Lorsqu’il fut dépouillé de tout, l’homme vit revenir vers lui l’âne et la chèvre et, la tête dans les mains, il pleura longuement de honte et de gratitude.

 

 

 

[La collection de poche GF a 50 ans elle aussi. Pour l’occasion, quelques écrivains contemporains présentent un choix de classiques inclassables magnifiquement réédités. Pour ma part, les Résolutions pour l’époque où je deviendrai vieux et autres opuscules humoristiques, de Jonathan Swift, de très loin le plus drôle de tous les hommes distingués ayant occupé les fonctions de Doyen de la cathédrale Saint-Patrick.]

 

 

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés