Mardi 1 avril 2014 2 01 /04 /Avr /2014 00:06

C’est la même chose à chaque remaniement ministériel : il s’agit de constituer une « équipe resserrée ». Comme si auparavant l’action gouvernementale était entre les mains d’un personnel trop nombreux qui la dilapidait. L’ « équipe resserrée » évoque une sorte de commando de choc. Je suppose que Manuel Valls va recruter les sept samouraïs pour sauver le pays.

 


Le champignon pourrait être parfois de la pomme, du fromage, de la guimauve – pourquoi toujours du champignon ?

 


 

Impossible ! Je ne peux pas avoir tant vieilli ! Il me faut l’avis d’un deuxième miroir.

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Lundi 31 mars 2014 1 31 /03 /Mars /2014 00:01

Je suis son Pygmalion, dit-il. Et force est de constater qu’il a su en effet transformer son adorable petite femme en harpie.

 


AGATHE – En fait, on n’est jamais demain.

 


Tes forces t’abandonnent, tu vas mourir, profite donc de ta faiblesse pour placer une amortie.

 

 

 

[Rappel : samedi prochain à 20h, l’excellent comédien Christophe Brault lira un montage de textes extraits de mes livres à la Maison de la poésie. Venez seuls nombreux.]

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Dimanche 30 mars 2014 7 30 /03 /Mars /2014 00:26

Elle est agressée par un individu masqué qui la viole. Elle rentre chez elle et se lave frénétiquement avant de comprendre qu’elle vient de faire disparaître tous les indices qui auraient permis de retrouver le violeur. Quelques semaines plus tard, elle constate qu’elle est enceinte et, à la surprise de son entourage, elle décide de garder l’enfant. La sage-femme dépose le nouveau-né dans ses bras ; elle lui arrache un ongle et demande une recherche de paternité.

 


Il n’a pas été facile d’éconduire ce raseur qui était parvenu à s’incruster dans sa vie. Or qui voit-il arriver, un jour, au bras d’une de ses plus chères amies ? Ledit raseur qui réintègre ainsi le cercle de ses intimes. L’idylle ne dure pas. Mais quelque temps plus tard, revoilà le crampon, qui a séduit une autre de ses amies, puis une autre encore quand celle-ci à son tour se lasse. Et il doit se résoudre, pour se débarrasser définitivement de lui à renoncer à ses fréquentations féminines.

 


 

(Car bien des idées de nouvelles s’épuisent dans leur seul argument. Nul besoin de crayon pour les écrire – la cuillère de bois du délayage fera très bien l’affaire.)

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Samedi 29 mars 2014 6 29 /03 /Mars /2014 00:03

Bien sûr, l’écriture se substitue à la vie. On peut tenir pour lâche l’écrivain qui refusera l’expérience du monde et la compagnie de ses semblables pour s’exalter seul à sa table. D’un autre côté, la vie est le plus souvent ennuyeuse, routinière, pénible, même pour ceux qui mordent dedans à belles dents. Entre deux voyages et deux conquêtes, il y a cette irréductible longueur de temps mort que l’écrivain ne connait pas.

 


La vache nous est d’un bon profit, viande et cuir – néanmoins, si elle pouvait ne plus fourrer ainsi le garde-manger dans la garde-robe…

 


 

Pouah… ! Je me suis surpris en train de vivre au lieu d’écrire !

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Vendredi 28 mars 2014 5 28 /03 /Mars /2014 00:01

enfoui dans le fruit

le secret de sa naissance

à venir

 


mais avec quel bec

le mol abricot

brisera-t-il son noyau

 


 

(Au moins saurons-nous que le citron a largement précédé le poussin qui tarde tant à en sortir.)

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés