2495

Publié le par Eric Chevillard

J’ai préparé mes bagages pour changer de monde.

Puis j’ai ouvert ma porte et fait quelques pas dehors. J’ai vu alors les grilles, les murs, les gardiens, les chiens, les océans tout autour.

Je suis rentré, dépité, avec pourtant un espoir encore. Le jour venu, je laisserai les fossoyeurs creuser ma tombe, ce sera toujours ça de fait, puis une fois au fond : je finirai ce foutu tunnel !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :