Jeudi 10 juillet 2014 4 10 /07 /Juil /2014 00:56

On aurait tort de croire que l’évolution naturelle ne concerne que les êtres vivants. Prenons les timbres. De plus en plus souvent dépourvus de dents – lesquelles en effet ne leur servent plus guère dans notre civilisation de papier mâché et recyclé –, ils naissent en revanche avec la petite langue qui leur faisait bêtement défaut et sont désormais autocollants.

 


L’écrivain tourne le dos pour faire face.

 


 

(Mais que dire de la victoire à la Pyrrhus de la souris qui jadis rongeait volontiers nos documents sur les bords – festons et dentelles – mais qui se trouve aujourd’hui employée nuit et jour à leur complète dématérialisation ?)

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Mercredi 9 juillet 2014 3 09 /07 /Juil /2014 00:18

Ce dermatologue ne prend plus de nouveau patient. Il faut dire que toutes les héroïnes de roman affligées d’une peau de pêche sont en soin chez lui.

 


À quoi peut-on bien jouer avec un soldat de plomb ? Il en est déjà farci !

 


 

Dieu fit pousser la vigne. Puis il créa l’homme et, par cruauté, sur les dix doigts dont il le dota, il n’en fit pas un seul en tire-bouchon.

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Mardi 8 juillet 2014 2 08 /07 /Juil /2014 00:07

Comme ce Corton hors de prix avait goût, selon le caviste, de bois, de réglisse, de goudron et de châtaigne, je préférai rentrer et composer moi-même le fameux nectar en mixant les ingrédients si naïvement divulgués par l’homme de l’art.

 


En dépit de ton masque d’apiculteur et de ton habileté à esquiver le dard adverse, c’est bien en vain que tu t’escrimes : tu ne mangeras pas de miel.

 


Et je ris car le fâcheux si bien informé qui me montre à l’horizon le nuage noir porteur de la foudre ignore que le soleil est en train de lui brûler les épaules.

 

 

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Lundi 7 juillet 2014 1 07 /07 /Juil /2014 00:09

Nombre de librairies, dans l’espoir de survivre à la crise, ouvrent un rayon papeterie, stratégie suicidaire, me semble-t-il, puisque tous ces carnets, ces cahiers et ces rames de feuilles leur reviendront bientôt sous la forme de livres invendables.

 


Quand on pense qu’il suffirait de donner à tous ces grands garçons qui se disputent un ballon depuis un mois au Brésil les pantalons longs et les chemises qu’ils sont maintenant en âge de porter pour qu’ils cessent aussitôt ces jeux puérils !

 


 

Encore un quinquagénaire victime en pleine rue d’un vol à l’arraché par une gamine de vingt ans qui s’est enfuie avec son cœur. 

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Vendredi 4 juillet 2014 5 04 /07 /Juil /2014 00:51

Parfois, se pose sur notre bras, sur notre main, un insecte bizarre. Jamais vu ça. Et pour cause, nous l’ignorerons toujours, mais il s’agissait d’un rare spécimen, une bestiole non décrite encore, inconnue des entomologistes les plus perçants. Or je viens de vivre un événement de cette sorte, mais pas avec un insecte, non, c’est un genre de petit hippopotame qui soudain a surgi dans le bassin du square où je lisais, puis il a replongé et je ne l’ai plus revu.

 


le squelette pourrait

servir encore

faire un autre mort

 


– J’ai lu tous vos livres à l’exception du premier et du dernier.

– Fin connaisseur, c’est vrai, j’en ai effectivement écrit deux.

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés