Dimanche 22 juin 2014 7 22 /06 /Juin /2014 00:02

Notons que les zones érotiques de notre corps – organes génitaux, anus, seins – ont toutes une autre fonction, sexuellement réfrigérante. Alors que si notre désir avait plus astucieusement élu l’aisselle, l’oreille ou le genou, ces confusions nuisibles au sain épanouissement de nos amours nous eussent été épargnées.

 


Cercle formé par le coup frappé en son centre – le gong.

 


les colocataires du monastère

tous en chœur

louent le Seigneur

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Samedi 21 juin 2014 6 21 /06 /Juin /2014 00:38

Quand les trains en grève ne circulent pas, le paysage solidaire ne défile pas non plus.

 


Le frère de mon ami est mon ami défiguré.

 


 

(Mais j’aurais très bien pu préférer : Jamais le paysage et le cheminot ne défilent en même temps. Voyez la difficulté d’écrire. Et il en va ainsi pour chaque phrase. Le mot sacerdoce n’est pas excessif.)

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Vendredi 20 juin 2014 5 20 /06 /Juin /2014 01:51

où s’arrête mon squelette

où commence

ma bicyclette

 


plus de cheveux dessus   plus de dents dedans

plus d’yeux non plus   plus de face

comme le temps passe

 


excellente question, Hamlet

et maintenant soyez assez bon

pour reposer ma tête doucement

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Jeudi 19 juin 2014 4 19 /06 /Juin /2014 02:33

L’explosion de la centrale entraîna partout la mort, la ruine et la désolation. Une pluie de cendre recouvrit le monde. Une journée passa, puis deux, dans le silence du deuil.

 


– Allons, la vie continue.

 


Dit enfin le rat à la mouche.

 

 

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Mercredi 18 juin 2014 3 18 /06 /Juin /2014 00:25

On peut voir quel homme accompli je suis après cinquante années d’existence. Pourquoi les cinquante qui viennent me mèneraient-elles irrévocablement à la décrépitude, au gâtisme et à la mort ? J’ai pourtant prouvé ce dont j’étais capable avec un demi-siècle devant moi !

 


Une fois déjà, je me suis trouvé comme un fusillé, debout contre un mur, quasiment condamné à mourir. J’ai bien entendu le fracas, perçu le choc, vu s’élever la poussière. Mais je n’ai pas vacillé. C’est le mur qui s’est effondré et couché sur le sol.

 


 

AGATHE (levant la main très au-dessus de sa tête) – Jeanne, elle m’arrive là !

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés