Lundi 2 décembre 2013 1 02 /12 /Déc /2013 00:03

J’aurai 50 ans en 2014 et – si toutefois m’est octroyée la durée de vie moyenne du mâle occidental – à peu près autant d’années d’écriture devant moi que derrière. Un beau projet littéraire serait de consacrer ce temps à la réécriture de chacun de mes livres, dans l’ordre de leur parution, depuis Mourir m’enrhume, en 1987, non pour les retoucher ou les amender, mais pour en donner une version nouvelle, partant du même principe et sous le même titre. Magnifique entreprise ; de celles, fort heureusement, qui s’accomplissent absolument dans leur seule énonciation théorique.

 


Elles n’ont jamais eu de dents entre ces lèvres-là ; elles n’ont maintenant plus un poil sur le caillou – leurs frimousses de bébés se cachent dans leurs culottes.

 

 

Je l’ai frappé avec ce que j’avais sous la main : mon poing.

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Dimanche 1 décembre 2013 7 01 /12 /Déc /2013 00:17

Cruauté du crocodile, même assoupi, même repu, qui affecte à présent l’aspect d’un tronc d’arbre pour aggraver le désastre écologique de la déforestation.

 


Dans la terre meuble, en effet, toute la vaisselle de l’Antiquité bien rangée.

 


Il n’y aura bientôt plus d’eaux turquoise si les morts persistent à répandre leurs cendres dans les lagons.

 

 

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Samedi 30 novembre 2013 6 30 /11 /Nov /2013 00:04

AGATHE – Comment ça se fait qu’on aime l’eau alors qu’elle n’a pas de goût ?

 


C’est un bon film, dit-il, très juste, très sensible, plein de détails sagaces, de perceptions fines, d’ailleurs le rideau de douche du personnage principal est le même que le mien.

 


 

AGATHE – Ou alors c’est le goût de rien ?

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Vendredi 29 novembre 2013 5 29 /11 /Nov /2013 00:00

On peut penser ce que l’on veut des publicitaires, il faut leur reconnaître une imagination féconde qui décline saison après saison sans se tarir de nouvelles façons de nous prendre pour des cons.

 


MOI – Elle m’a l’air lourde comme un piano, votre carriole.

LE MARCHAND DE MARRONS –  Et pourtant, je voyage avec ! Je suis en photo dans tous les foyers japonais.

 


 

Elle déteste que l’on révèle ses secrets. Étant elle-même très portée sur la confidence, elle n’a ensuite plus rien à raconter.

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Jeudi 28 novembre 2013 4 28 /11 /Nov /2013 00:05

Le voisin Marcel est bien gentil, mais le grattement incessant de sa plume empêche tout l’immeuble de dormir. Une pétition circule.

 


masseuse thaïlandaise à Dijon

Pam en français sait dire non

je ne fais pas les finitions

 


 

Il est tout de même extraordinaire que Victor Hugo ait pu écrire tant de livres, surtout quand on sait que sa table tournait.

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés