Mardi 21 janvier 2014 2 21 /01 /Jan /2014 00:07

Ça se lit bien est un curieux argument pour défendre un livre. J’ai l’impression d’entendre un sommelier me dire ça se boit bien en posant une carafe d’eau sur la table.

 


Elle voudrait s’offrir un petit plaisir, mais elle hésite entre une séance de coaching sur Power Plate (on lui promet de désinfiltrer ses tissus cellulitiques engorgés, d’évacuer ses toxines, de limiter sa rétention d’eau et de casser ses capitons de graisse) et un abonnement d’un an à Transition, la revue de la Fédération française de crémation.

 


 

Ne boudons pas notre plaisir est la formule consacrée pour évoquer avec la même générosité, la même indulgence, la même magnanimité un sous-produit culturel affligeant et notre propre défaillance intellectuelle.

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Lundi 20 janvier 2014 1 20 /01 /Jan /2014 00:01

Arno Schmidt, dépourvu du permis de conduire, emménage dans une maison isolée à la campagne, il clôture son jardin d’un grillage barbelé, il plante des arbres à croissance rapide qui bientôt cachent ses fenêtres. Alors il s’assoit à sa table, il décalotte son crâne, il s’ouvre le ventre, il ne garde rien pour lui de sa vie, il écrit jusqu’à ce que mort s’ensuive.

 


Ah, quelle tristesse ! il ne reste plus rien aujourd’hui de la Chine que j’ai connue et arpentée… (trois jours à Pékin en 2005) 

 


MOI – Je dois travailler un peu, ma belle. Pendant ce temps-là, toi, tu peux dessiner.

SUZIE (en trois secondes gribouille un rond noir) – Voilà, j’ai fini, c’est un trou de chouette.

MOI – C’est bien, mais dessine la chouette maintenant.

SUZIE – Elle est dans son trou !

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Dimanche 19 janvier 2014 7 19 /01 /Jan /2014 00:20

La mort atteste in extremis que notre vie ne fut pas une totale imposture. Certains choisissent d’ailleurs le suicide parce que ce geste fatal confère soudain à leur existence une importance qu’elle n’avait pas et la rend enfin réelle : à l’instant de leur mort, c’est trop bête, ils pourraient commencer à vivre.

 


Tu vois renaître chez tes enfants toutes les peurs que tu n’as amadouées que très récemment. Serais-tu devenu brave ? Ou est-ce seulement que l’ogre ne convoite plus ta chair coriace et faisandée ?

 


– Je est un autre.

 

– En effet, je crois bien que c’est moi.

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Samedi 18 janvier 2014 6 18 /01 /Jan /2014 00:02

Il m’arrivait de jouer, enfant, dans les entrepôts du père d’un ami qui exerçait l’activité de peaussier. Ça puait là-dedans épouvantablement, à tourner de l’œil. Un jour, je me jurai solennellement de ne jamais travailler dans le commerce des peaux et la pelleterie. Une de ces promesses du jeune âge que l’on trahit le plus souvent sans scrupules. Or ce serment-là, je m’y tiens. Ce n’est pas toujours facile, mais je m’y tiens.

 


Duel dans la ville. Ils ont dégainé en même temps. Le premier qui fait sonner le portable de l’autre a gagné.

 


elle apprête

son squelette

à la fourchette

jamais de viande 

 

– de la limande

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Vendredi 17 janvier 2014 5 17 /01 /Jan /2014 00:01

Sur la liste des meilleures ventes de romans ces jours-ci se trouvent les titres suivants : La Petite communiste qui ne souriait jamais, L’Extraordinaire voyage du fakir qui était coincé dans une armoire Ikéa, Le Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, Le Sumo qui ne pouvait pas grossir, L’Analphabète qui savait compter, L’Homme qui voulait être heureux. À paraître : Le Lecteur qui se demandait si on ne le prenait pas pour un con.

 


Il est mort avant de devenir un beau vieillard, d’un excès de ventre et de calvitie.

 


Je lui proposai de partager ma vie ; elle accourut, radieuse, avec un grand couteau.

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés