Vendredi 27 décembre 2013 5 27 /12 /Déc /2013 00:04

– Laisse la porte ouverte et allumé dans le couloir.

Quel enfant n’a spontanément prononcé chaque soir ces dernières volontés avant de sombrer dans le sommeil ? Curieuses requêtes, pourtant, car c’est indiquer la route, tracer la voie et faciliter l’accès aux loups, aux monstres, aux pédophiles et autres créatures abominables qui n’ont même plus à chercher leurs proies.

 

 

 

La carotte n’a jamais connu l’échec : du premier coup se fiche droit dans la terre.

 

 

 

Il recula pour mieux sauter et pulvérisa en effet tous les records avec un saut de 30 mètres – la falaise était dans son dos.

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Jeudi 26 décembre 2013 4 26 /12 /Déc /2013 00:02

Demain, on rase gratis. La ruse ayant été éventée, les coiffeurs ont imaginé un nouvel attrape-nigaud, un peu plus subtil : la carte de fidélité, si savamment conçue, en effet, que lorsqu’il arrive enfin à la fameuse coupe offerte, le malheureux client ne peut que constater que le temps a filé et qu’il est désormais chauve comme un genou.

 

 

 

Installé au bout de la dernière chaîne de montage avec de grands sacs, l’insatiable collectionneur raflait au fur et à mesure toute la production de l’usine.

 

 

 

Oui, c’est exact, pour la bonne raison que le port de l’uniforme incite à la rigueur et à la discipline dans le travail, je demande à mes jeunes collaboratrices de porter une étroite combinaison en peau de caméléon, où est le problème?

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Mercredi 25 décembre 2013 3 25 /12 /Déc /2013 00:08

L’enfant apeuré, fatigué, chagriné, vient se blottir contre moi. Ah mais nom de Dieu, c’est qu’il vient chercher refuge sous le grand chêne, contre sa rude écorce !

 

 

 

Et moi qui suis si faible, si mal assuré, si perplexe – moi lézardé, vermoulu – moi foudroyé, mangé de lierre, de mousses, de champignons – moi l’abri creux du lugubre hibou !

 

 

 

Alors je mobilise les dernières sèves, je pousse mes racines dans les profondeurs, je lance mes branches vers la lumière, je me dresse comme une colonne, comme un pilier, un seul jet de bois dru entre terre et ciel, et je rassure l’enfant.

 

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Mardi 24 décembre 2013 2 24 /12 /Déc /2013 00:01

le paon fait à la paonne

en guise de cour

le coup de la panne

et de la roue de secours

 

 

encore un triste

accordéoniste

que ses doigts embêtent

avec leur musette

 

 

mais sauvera-t-il son âme

ce tueur en série

en tenant pour la dame

la porte de l’épicerie ?

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Lundi 23 décembre 2013 1 23 /12 /Déc /2013 00:00

Si vous deviez conseiller la MAIF à un ami, vous lui diriez quoi ? me demande avec insistance cette publicité, depuis deux ans, à chaque fois que je m’assois dans un cinéma.

 


Si je devais ? Il pourrait donc s’agir d’un devoir, d’une nécessité absolue, inexorable ? Pas moyen d’y couper, en somme ? Mais quel concours de circonstances invraisemblable pourrait bien créer cette obligation et me mettre en demeure de conseiller la MAIF à un ami ?

 


 

– Heu, vieux, désolé, nous reprendrons plus tard cette passionnante conversation si tu veux bien [note : nous évoquions le tragique grec considéré sous l’angle de sa non-influence sur le théâtre de Florian Zeller], parce que là je dois te parler d’autre chose, impossible de me défiler, je suis pris à la gorge, je dois trouver un truc pour te conseiller la MAIF, c’est impératif, comprends-tu, un de ces moments dans la vie où on n’a pas le choix…

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés