Mardi 15 octobre 2013 2 15 /10 /Oct /2013 00:01

L’homme a substitué au réel hostile un récit dont il est à la fois l’auteur et le personnage. Hélas, les choses tournent mal aussi parfois dans l’ordre de la fiction. Il tente alors le retour à la nature : c’est pour retrouver les conditions premières qui lui avaient paru inacceptables. Et cette fois il ne sait plus quoi inventer pour ne pas mourir.

 

 

 

AGATHE – Je n’aime pas les madeleines.

MOI – Tu ne sais pas ce que tu perds.

 

 

 

Tirer derrière soi un filet après avoir joué afin d’effacer ses traces, et si nous apprenions du tennisman comment quitter la terre avec élégance ?

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Lundi 14 octobre 2013 1 14 /10 /Oct /2013 00:01

C’est bizarre, tout de même, mais que font-ils donc, assis comme ça, le buste incliné, Delacourt, Zeller, Angot, Gavalda, Schmitt, Jardin, Foenkinos, Beigbeder, Pancol, Labro… ? Ne me dites pas que… ah nom de Dieu ! ils sont tous en train d’écrire un livre !

 

 

 

Le ciel vide le grenier.

 

 

 

L’inventeur de la masturbation gardait jalousement son secret. On ignore encore aujourd’hui comment celui-ci fut finalement éventé.

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Dimanche 13 octobre 2013 7 13 /10 /Oct /2013 00:01

Il tombait les filles rien qu’en apparaissant et c’était si injuste, cette facilité, qu’une loi fut votée qui imposait un handicap aux playboys.

 

 

 

Il lui fut dès lors interdit de sortir en ville sans se caler sous le bras un pack de 12 rouleaux de papier toilette rose + 4 gratuits qu’il n’était pas autorisé à dissimuler de quelque façon que ce fût. Or son succès ne se démentait pas. Je me glissai dans son sillage pour tenter de savoir comment il s’y prenait pour séduire encore. Bientôt, une jeune femme vint à passer, il l’aborda et je tendis l’oreille.

 

 

 

– Triple épaisseur, mademoiselle !

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Samedi 12 octobre 2013 6 12 /10 /Oct /2013 00:00

Le brin d’herbe urbain, celui qui vaillamment perce entre deux pavés, n’a longtemps eu à redouter que le talon du passant ou celui surtout, plus pointu, de la passante.

 

 

 

Voilà aujourd’hui qu’on le combat au lance-flammes ! Des cantonniers roulant derrière eux une bouteille de gaz précautionneusement surmontée d’un petit extincteur s’emploient à cette attilesque besogne. Comment expliquer un tel déploiement de force ? Les services du Renseignement auraient-ils eu vent de quelque menace ?

 

 

 

Ce brin d’herbe annoncerait-il un redoutable tsunami de verdure ?

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Vendredi 11 octobre 2013 5 11 /10 /Oct /2013 00:07

Or monsieur Duchêne, une relation de mes parents, jouissait auprès de l’enfant que j’étais d’un prestige immense, car j’avais entendu ces derniers dire qu’il faisait du diabète, ce qui, de toute évidence, étant donné la gravité de leur ton, n’était pas à la portée de tout le monde.

 

 

 

SUZIE (dessinant une forme arrondie) – Ça, c’est la montagne (crayonnant à la base une forme marron), ça, c’est le pied de la montagne (rebouchant son feutre) et après l’école, je ferai son autre pied.

 

 

 

L’assiette d’autrui nous fait saliver parfois, jamais son sandwich.

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés