Vendredi 13 juin 2014 5 13 /06 /Juin /2014 00:08

L’ennemi hésite. Ou bien éteindre le soleil – et alors la Terre gèlera. Ou bien attiser son ardeur – et alors la Terre brûlera. Dans l’un ou l’autre cas, de toute façon, il doit commencer par souffler dessus.

 


MOI – Tu sais, il y a des enfants qui ne peuvent pas partir en vacances.

AGATHE – Ceux qui ont un cochon d’Inde ?

 


j’ai mis mes palmes et j’ai plongé

pour noyer dans la mer calme

mon âme agitée

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Jeudi 12 juin 2014 4 12 /06 /Juin /2014 00:00

– Nous allons maintenant monter en haut du donjon.

Mais je suis sujet au vertige et, tandis que le groupe des visiteurs emboîte le pas du guide, je m’attarde dans les oubliettes.

 


Elle ne cherche à tromper personne, la musaraigne ; si tu la prends pour un campagnol, ne mets pas en cause sa bonne foi.

 


(Me dira-t-on pourquoi les oubliettes ne sont jamais pourvues d’un verrou intérieur ?)

 

 

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Mercredi 11 juin 2014 3 11 /06 /Juin /2014 00:01

L’idée, dit l’un, c’est de créer une sorte d’Euronews de la gastronomie… Les trois hommes qui viennent de s’asseoir à la table voisine de la mienne sont très impliqués dans l’affaire. Ça ne rigole pas. On tapote sur les ordis.  Les téléphones chauffent comme des colts. Les mines sont graves. L’idée, je le rappelle, c’est de créer une sorte d’Euronews de la gastronomie. Et mon rire se noie dans mes pleurs.

 


Pierre Petitpierre n’amasse pas mousse.

 – Je suis un écrivain voyageur.

 


 

Ton plus beau sourire ne me donne jamais qu’un aperçu de ton squelette.

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Mardi 10 juin 2014 2 10 /06 /Juin /2014 00:12

L’œil se mêle de notre sexualité avec une certaine indiscrétion et une légitimité contestable. Nous autres hommes, êtres primaires et innocents, sommes ainsi excités par les corps bien faits, à la fois minces et plantureux, et il doit bien exister pour les femmes une même caricature du mâle appétissant. Or dans l’étreinte, le corps à corps, dès que l’empoignade commence, il n’est plus question du tout de justes proportions et de silhouettes joliment découpées sur fond d’azur. Mais l’œil, on le sait, ne supporte pas les caresses, même du bout du doigt.

 


Un ballon danse sur le jet d’eau. Une otarie de moins à nourrir.

 


 

Le téléphone portable vibre d’impatience sur la table du salon. Sa propriétaire l’a encore oublié ! Quelle incurie ! Vous croyez que son contrat le ligote ou qu’il peut encore la changer pour une autre ?

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Lundi 9 juin 2014 1 09 /06 /Juin /2014 01:03

Il serait temps peut-être que les instituteurs et les institutrices qui font confectionner à leurs petits élèves des marque-pages pour la fête des pères ou des mères prennent acte de la nouvelle donne : les gens ne lisent plus.

 


Ridé comme une jeune paume aussi.

 


Tout le jour, j’avais échappé à sa traque obstinée. Mais là, je n’en pouvais plus. En trois bonds, le lion fut sur moi. Il me fit rouler au sol d’un coup de patte et, comme il s’apprêtait à refermer ses crocs sur ma gorge, je lui montrai le soleil qui se couchait derrière les hautes herbes :

 

– Ce n’est pas plutôt l’heure où vous allez boire ?

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés