Dimanche 15 juin 2014 7 15 /06 /Juin /2014 00:35

je n’ai cure des manucures

pour mon hygiène corporelle

j’appelle la hyène

 


ne vous fiez pas à mon teint

sous mes chairs blettes

mon squelette est encore très bien

 


l’impudique arque son bassin

elle décortique sa cage thoracique

ah ! que n’ai-je un os pénien !

 

 

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Samedi 14 juin 2014 6 14 /06 /Juin /2014 01:00

Hors de question ! Lâchez-moi ! C’est non ! Arrêtez immédiatement ! Rendez-moi ça ! Au secours !

 


– Mais de quoi parlez-vous ? À qui ?

 


De rien, à personne. Ce sont des phrases dont j’aurai usage un jour et que j’écris par avance, quand je dispose d’un peu de temps. Ce sera fait.

 

 

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Vendredi 13 juin 2014 5 13 /06 /Juin /2014 00:08

L’ennemi hésite. Ou bien éteindre le soleil – et alors la Terre gèlera. Ou bien attiser son ardeur – et alors la Terre brûlera. Dans l’un ou l’autre cas, de toute façon, il doit commencer par souffler dessus.

 


MOI – Tu sais, il y a des enfants qui ne peuvent pas partir en vacances.

AGATHE – Ceux qui ont un cochon d’Inde ?

 


j’ai mis mes palmes et j’ai plongé

pour noyer dans la mer calme

mon âme agitée

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Jeudi 12 juin 2014 4 12 /06 /Juin /2014 00:00

– Nous allons maintenant monter en haut du donjon.

Mais je suis sujet au vertige et, tandis que le groupe des visiteurs emboîte le pas du guide, je m’attarde dans les oubliettes.

 


Elle ne cherche à tromper personne, la musaraigne ; si tu la prends pour un campagnol, ne mets pas en cause sa bonne foi.

 


(Me dira-t-on pourquoi les oubliettes ne sont jamais pourvues d’un verrou intérieur ?)

 

 

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Mercredi 11 juin 2014 3 11 /06 /Juin /2014 00:01

L’idée, dit l’un, c’est de créer une sorte d’Euronews de la gastronomie… Les trois hommes qui viennent de s’asseoir à la table voisine de la mienne sont très impliqués dans l’affaire. Ça ne rigole pas. On tapote sur les ordis.  Les téléphones chauffent comme des colts. Les mines sont graves. L’idée, je le rappelle, c’est de créer une sorte d’Euronews de la gastronomie. Et mon rire se noie dans mes pleurs.

 


Pierre Petitpierre n’amasse pas mousse.

 – Je suis un écrivain voyageur.

 


 

Ton plus beau sourire ne me donne jamais qu’un aperçu de ton squelette.

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés