Dimanche 19 octobre 2014 7 19 /10 /Oct /2014 00:03

Il faut savoir finir une grève ! Au bout d’un moment, ce n’est plus qu’une obstination stupide, un entêtement de mule !

 


Puis ça devient absolument contre-productif. Ça exacerbe les antagonismes, ça durcit la situation, ça conforte l’adversaire dans ses positions, bref, ça ne mène à rien et ça se paye cher !

 


 

(pardonnez-moi, je sermonne Suzie qui boude.)

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Samedi 18 octobre 2014 6 18 /10 /Oct /2014 00:07

Pour 25 euros seulement, meublez votre maison de la chambre au salon ! Alléché par cette offre, je passai commande aussitôt. Il était honnêtement stipulé sur l’annonce qu’il s’agissait de mobilier à assembler soi-même, mais je fus tout de même assez désagréablement surpris de recevoir en retour une hachette et les coordonnées GPS d’une forêt suédoise.

 


Les Japonais ne sourient que sur les photos. Raison pour laquelle sans doute ils se mitraillent de la sorte – c’est la condition de leur bonheur.

 


Les mêmes épluchures attirent les enfants auprès de la bonne vieille qui les a apportées, puis les chèvres du parc auprès de ces enfants qui les leur tendent à travers la grille. Le légume bouilli n’eut pas tant de succès.

 

 

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Vendredi 17 octobre 2014 5 17 /10 /Oct /2014 00:02

C’est vrai que la littérature est menacée – lecteurs moins nombreux, libraires asphyxiés, éditeurs de plus en plus cyniques et mercantiles, etc. Allons-nous devoir bientôt vivre sans elle ? Je ne le pense pas.

 


Car j’entrevois une lueur d’espoir : le monde lui-même, saccagé, miné, empoisonné, fort mal en point, semble condamné à court terme, si bien qu’il se pourrait finalement que la littérature résiste jusqu’au bout.

 


 

Et si elle lui survivait même… ?

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Jeudi 16 octobre 2014 4 16 /10 /Oct /2014 00:17

Cette belle jeune femme prétend avoir 40 ans aujourd’hui, mais moi, je ne lui en donne que 20, je les ai partagés, je peux en témoigner. De même que je peux jurer qu’avant, elle n’était pas là, sur la tête de nos filles, elle me manquait sacrément.

 


Bien sûr, l’échasse t’évite l’écharde – mais quelle épine dans le pied tout de même !

 


Agathe apprend le calcul. Au-delà de cinq, les opérations se compliquent terriblement. Puis elle me voit compter.

– Ah ! mais je ne savais pas qu’on avait droit à la deuxième main aussi !

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Mercredi 15 octobre 2014 3 15 /10 /Oct /2014 00:01

Le prix Nobel d’économie à Jean Tirole, franchement ! Toute cette finance nostalgique du plan Marshall, ces points de vue nébuleux sur la régulation du marché noir, cette éternelle hantise du passif, ce goût pour les transactions floues… !

 


Le petit salut de la main que nous faisons lorsqu’une voiture s’arrête pour nous laisser traverser s’adresse bien à celle-ci et non à son chauffeur.

 


 

Ils me voyaient le feu aux fesses et pensaient donc que j’allais disparaître bien vite. Mais c’était une queue de renard et je me suis glissé en douce dans leur poulailler pour gober leurs œufs.

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés