Lundi 14 avril 2014 1 14 /04 /Avr /2014 00:04

Il est certain que voir le gendarme systématiquement se pencher sur le malheureux sans domicile assis sur le trottoir avec son chien a quelque chose de choquant et de paradoxal, car enfin, celui-ci a visiblement son compte et ce sont tous les autres, les passants insouciants, qui sont encore à molester, à punir, à gendarmer.

 


Le lit fait, le voyage accompli, le rendez-vous passé, les enfants élevés, l’herbe tondue, le lacet noué puis dénoué, je suis sûr qu’alors, mais oui, j’aimerai la vie.

 


écrire

la main se hâte

d’en finir 

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Dimanche 13 avril 2014 7 13 /04 /Avr /2014 00:21

Il s’incruste dans notre petit groupe et se met à parler avec abondance et sans excès de modestie de sa participation comme comédien à un film de Jacques Rozier : – J’avais un des premiers rôles avec Villeret. On sentait qu’on tenait quelque chose, qu’il se passait un truc de cinéma important. C’était fort. J’étais bon dans le rôle. Ce fut la plus belle aventure de ma vie. Puis il se rembrunit : – Dommage... le film n’est jamais sorti.

 


L’écrivain est en reportage sur la Terre. La littérature ne s’adresse pas aux hommes ; ils savent déjà tout ça. Mais certainement, il est un ailleurs où ses surprenants récits font beaucoup d’effet.

 


13 avril 2091

 

RAS

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Samedi 12 avril 2014 6 12 /04 /Avr /2014 00:10

Le timide est surtout un prétentieux qui s’imagine que tout ce qu’il peut dire ou faire a une quelconque importance pour autrui. Cela dit, on pourrait tout aussi bien connoter positivement cette attitude : il a vraiment, lui au moins, le souci d’autrui.

 


pas de réseau sur ce nénuphar

voici le bavard le bec dans l’allo

 


 

Tout change avec le deuxième enfant. Car le poulet n’a que deux cuisses et donc tu n’en mangeras jamais plus.

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Vendredi 11 avril 2014 5 11 /04 /Avr /2014 00:01

Il a certes consacré deux ans à l’écriture de ce livre. Mais la bouse aussi est le produit d’une longue et lente rumination.

 


bosquet de bam

bous

flûte de pan

da

 


 

Curieusement, le non-dit n’exclut pas le malentendu.

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
Jeudi 10 avril 2014 4 10 /04 /Avr /2014 00:02

Une chose m’est apparue que je crois d’utilité publique et que je me sentirais coupable de garder pour moi. C’est une simple observation, mais qui mérite d’être partagée car elle permettra peut-être à certains de modifier leur comportement et d’éviter ainsi des accidents.

 


J’ai donc remarqué tout à fait incidemment, je dois le dire, que la neige étalée sur le sol formait une surface glissante et que cette propriété regrettable s’exacerbait sur les pentes en raison vraisemblablement de leur déclivité.

 


 

Qu’il est en conséquence bien déraisonnable de fixer sous ses chaussures ces lames ou lattes fort peu adhérentes appelées skis lorsque l’on s’aventure sur de pareils terrains. Les accidents innombrables que l’on signale à Avoriaz ou Courchevel – et c’est là que je voulais en venir – n’ont pas d’autre raison. (Maintenant que vous êtes informés, vous n’aurez plus d’excuses.)

Par Éric Chevillard
Voir les 0 commentaires
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés